Itineraire

Tous ceux qui on fait une semaine de croisière en Bretagne savent qu’on ne fait jamais l’itinéraire qu’on avait prévu. On peut avoir tout préparé minutieusement à l’avance, cartes et pilote côtier d’une main, annuaire des marées de l’autre, il y a toujours quelque chose pour contrarier les plans.

C’est la pétole imprévue  à peine dépassé Groix alors qu’on voulait filer directement de Lorient à Sein, et qui vous impose une escale nocturne à Concarneau. C’est le gros temps d’ouest qui vous fait renoncer une première fois à passer les heaux de Bréhat, puis tourne perfidement au sud-ouest alors que, météo en main, vous aviez fait une habile diagonale vers Guernesey pour profiter de la rotation qui était prévue dans l’autre sens, et puis c’est finalement le bon coup de tabac qui  vous rejette sur le Cotentin (Diélette, c’est chouette!) 10 jours après avoir quitté Saint Malo en direction de Belle-Ile.

Et puis il y a des escales où on est si bien qu’on va y passer une nuit de plus, des rias et des criques qu’on explore la semaine entière quand on voulait bouffer des milles, des copains qui vous indiquent un resto qu’il faut absolument essayer. Enfin bref, annoncer un programme urbi et orbi, quand on fait de la croisière, c’est la meilleure façon de se contredire aux yeux du monde entier. Mais comme on n’a peur de rien, voici en exclusivité pour ce blog les grandes lignes du trajet que nous avons prévu.

itineraire

Départ de Méditerranée. Ca on n’y est pas pour grand chose, c’est là qu’on a acheté Vitavi. Avant de filer vers Gibraltar, le programme est de passer un peu de temps en Corse, puis retour par les Baléares.

Sortie de la méditerranée par le détroit de Gibraltar probablement première moitié d’Octobre, et première traversée « sérieuse » vers Madère, où nous retrouvons les Molimard pour les vacances de la Toussaint. On rejoint début Novembre Lanzarote aux Canaries, qui est le point de départ de la transat.

Pour notre transat, nous sommes inscrits à l’atlantic odyssey. C’est un rallye, c’est à dire une traversée en groupe, organisée, mais sans faire la course. L’énorme avantage, en partant en même temps et sur le même parcours qu’une quarantaine d’autres bateaux, c’est que nous profitons d’une logistique et d’une organisation et que, même si nous perdrons évidemment rapidement les autres participants de vue sur le vaste océan, nous ne serons jamais complètement isolés. En plus c’est aussi l’occasion de faire connaissance avec d’autres familles qui ont un programme semblable au notre. Départ de la transat le 18 novembre. Arrivée au Marin, en Martinique, a priori une vingtaine de jours plus tard.

Ensuite, on remonte tranquillement l’arc antillais, avec probablement pas mal de temps autour de la Guadeloupe (pèlerinage familial!) et  un passage obligé par Saint Barth. On ne prévoit pas a priori d’aller vers le sud, Grenadines ou Vénézuela, car notre projet est de garder du temps pour remonter la côte américaine au Printemps.

Donc la suite du programme: Bahamas, Floride, puis remontée de la côte Est jusqu’à New York et enfin Newport, Rhode Island, chez le frère et la belle-soeur de Christophe. Ca nous changera un peu des criques de sable fin. Et puis quand même, rentrer dans New York à la voile, ou accoster à Newport, même pour ceux qui n’ont pas relu les mémoires de Tabarly récemment, ça a de la gueule.

Enfin, il faut bien rentrer un jour, donc transat retour via les Açores, pour retrouver l’hexagone en août 2016. Pour le port d’arrivée, on aura bien le temps d’y réfléchir d’ici là.

Au total, environ 10 000 milles en route directe. Dans l’absolu c’est dans l’ordre de grandeur de ce qu’on fait d’autres familles sur une année. La spécificité de notre programme, c’est le passage par les USA, qui outre quelques séances d’interrogatoire à l’ambassade pour les visas, nous amène surtout à avoir assez peu de marge de manœuvre si on « prend du retard » d’une façon ou d’une autre. D’où on revient au début de cette page: donner un programme à la voile, c’est 99% de chances de se tromper. Mais il n’y a que ceux qui ne tentent rien qui ne se trompent jamais, alors rendez-vous dans un an pour comparer le projet et la réalité.

 

 

Publicités