Le royaume magique

Orlando, 17 au 24 avril 2016

Dimanche 17 avril à midi, c’est le jour J, heure H. Après des mois d’attente fébrile, nous sautons dans notre voiture de location direction « Magic Kingdom » : une semaine de vacances sur la terre ferme, à Orlando, pour profiter des parcs d’attractions. VITAVI est amarré bien sagement à une bouée de la Vero Beach Marina, le soleil brille : à nous la Floride. 2 bonnes heures de route, ponctuées de la pause réglementaire au Wendy’s local, et nous prenons possession de notre appartement. Certes, ce grand 3-pièces aurait du mal à traverser l’Atlantique ou à jeter l’ancre aux Bahamas, mais en termes de surface et de confort, le pauvre Vitavi est battu à plates coutures : 1 immense salle de séjour, 2 chambres, 3 lits gigantesques, 2 salles de bain avec Jacuzzi, un frigo grand comme notre cabine, 3 télés géantes : voilà des vacances qui commencent bien !

Lundi, premier jour. Nous attaquons la semaine par Wet n Wild, un parc aquatique. Nous arrivons avec trois quarts d’heure d’avance, mais nous sommes en fait les seuls à faire la queue devant l’entrée. Visiblement, on est hors vacances scolaires, c’est de bon augure pour la semaine. Le temps de s’équiper, et c’est parti pour une journée de glissades en tout genre sur la multitude de toboggans du parc : assis, couchés, sur un tapis, à 2 sur une bouée, à 4 sur une bouée, dans le noir, sous des cascades… il y a l’embarras du choix.

Mardi, Sea World. Levés très tôt à nouveau, et à nouveau la bonne surprise de ne pas trouver trop de monde en arrivant. La journée est vraiment extraordinaire, les spectacles d’animaux sont à couper le souffle : dauphins, orques, et même un chiens et chats : c’est du show à l’américaine, super pro, super impressionnant, on en prend plein les mirettes en se disant qu’on a vraiment de la chance d’être ici. L’enrobage des spectacles, lui, est un peu moins digeste, entre les discours lénifiants sur « Sea World aime les animaux » (il y a eu une polémique récente les accusant de mauvais traitement sur les orques) et les variations diverses autour du thème « et maintenant une standing ovation pour nos soldats qui défendent la liberté dans le monde entier au péril de leur vie » mais comme tout ça est en anglais, ça ne perturbe pas grand monde dans la famille.

En plus des animaux, il y a quelques montagnes russes bien costaudes, même trop costaudes, car seule Camille a la taille réglementaire pour les plus impressionnantes. Malgré la fabrication de talonnettes dans les toilettes avec des plans du parc pliés en huit, Simon échouera à 2 centimètres de la barre fatidique. On se console en refaisant 3 fois la montagne russe aquatique, et on finit bien trempés. On ressort du parc à 19 heures fourbus, les pieds en compote, mais heureux comme des rois, après avoir assisté dans l’après-midi à une deuxième séance des principaux spectacles.

Mercredi, retour à Wet n Wild. Le parc ferme à la fin de l’année, et proposait des promos incroyables avec un billet « 14 jours » au même prix que l’entrée simple. Ça permet de faire des journées peinards en maillot de bain entre deux « gros » parcs.

Jeudi : Disney World. Heures d’ouverture : 9h – 23h, dont nous profiterons sans perdre une seule minute. Ce qui est frappant, peut-être plus que les attractions, c’est la façon dont est projeté dès la première minute dans un monde parallèle, féerique, et complètement cohérent. Avant même de franchir les portes, on a le sourire jusqu’aux oreilles, parents comme enfants. Les décors sont somptueux, les costumes et spectacles impressionnants, la foule est visiblement surexcitée et heureuse d’être là, le tout dans une ambiance très bon enfant. Il y a un peu plus de monde que dans les autres parcs, mais nous arriverons à faire à peu près toutes les attractions, et même 2 ou 3 fois nos préférées, comme le petit train de la mine, le moutain splash ou magic mountain. Nous avons adopté notre technique habituelle : énorme petit déjeuner américain le matin pour perdre le moins de temps possible à déjeuner. On achète quand même un petit encas pour diner vite-fait avant les spectacles de clôture à la nuit tombante : sons et lumières sur le château de la belle au bois dormant, parade électrique, feux d’artifices : on en prend une dernière fois plein les yeux et les oreilles, avant de rejoindre nos pénates tard dans la nuit.

La fin de la semaine sera plus tranquille : on profite de l’hôtel, on retourne à Wet n Wild, je trouve un réparateur pour l’alternateur du bateau grillé par la foudre, que j’avais démonté et emmené avec moi à Orlando. Dimanche 24, retour à Vero Beach, où nous retrouvons l’équipage de Krysfil, qui nous a rejoints comme prévu. Nous fêtons ces retrouvailles autour d’un énorme gâteau « à l’américaine », lui aussi. Les vacances en Floride ont été à la hauteur de nos attentes, nous attaquons maintenant la remontée de la côte Est, avec New York en ligne de mire.

Ps : en cadeau pour nos lecteurs, un jeu-bonus : saurez-vous distinguer les photos de 1983 de celles de 2016 ?