La fin des Antilles

Reçu par satellite et publié par Carine

British Virgin Islands puis US Virgin Islands, 13 au 17 mars 2016

Dimanche 13 mars au lever du jour. Nous avons rejoint Benures Bay sur Norman Island la veille, et passons une nuit paisible dans ce très joli mouillage bien abrité. Les premiers rayons du soleil attirent le regard de Rosy vers le hublot. Intriguée, elle observe mieux, puis réveille son mari d’un de ces coups de genoux dont elle a le secret : « Ça y est, je crois qu’ils sont arrivés ! »
Vite, sur le pont. Pas de doute, à 100 mètres de nous, ce monocoque blanc à  liseré bleu arborant un fier pavillon tricolore, c’est bien le Krysfil. 4 mois et 6500 kilomètres après notre dernier mouillage commun, la famille Kernen, bravant l’alizé et les violents grains de pluie,  vient de jeter son ancre juste à côté de la nôtre, à l’heure prévue. C’est donc à deux bateaux, dorénavant, que nous arpentons les mouillages enchanteurs des iles Vierges. Dès le dimanche soir, pour fêter les retrouvailles, Renan nous pêche deux cigales de mer (c’est comme des langoustes, en mieux), qui feront le bonheur des parents sur Vitavi, tandis que les huit enfants mangent des nouilles et regardent un film sur le Krysfil.
Le lendemain, on fait de très belles plongées et visites plus ou moins sous-marines autour de Norman Island, en particulier aux Indians (site de plongée magnifique) et à Treasure Point (grottes sous-marines). Mardi, on file vers Soper’s Hole. Il y a eu des échanges dans les équipages, et nous faisons de longues parties de jeux de société sur Vitavi avec les filles Kernen. Pendant ce temps, Krysfil a sorti son spi (grande voile de vent arrière), et avec ce petit  vent force 3 dans le dos, nous met une pilée légendaire sur le trajet. On sauve l’honneur en expliquant que ce sont nos lignes de traîne qui nous ralentissent. Malheureusement, le petit thon que nous avons failli remonter à bord s’est détaché à la toute dernière minute.
Mercredi, les Kernen font un aller-retour aux îles Vierges américaines en ferry pour faire tamponner leurs passeports (c’est une ruse qui permet d’éviter de faire des visas à Paris avant de partir). Pendant ce temps, c’est journée lessive, courses et formalités diverses pour nous. On se retrouve le soir pour dîner ensemble (les parents sur Krysfil, les enfants sur Vitavi cette fois) avant de se séparer à nouveau quelques jours. Nous voulons passer par les îles Vierges américaines avec notre bateau, pour « tester » nos visas et les procédures de douane, tandis que Krysfil fait un crochet par une autre île pour retrouver des copains.
Jeudi et vendredi : îles Vierges américaines, successivement St John et St Thomas. Tout s’est bien passé côté papiers. On a fait quelques courses au passage, et deux, trois bricoles sur le bateau avant de reprendre le large. Seul bémol, je n’ai pas réussi à faire remplir ma bouteille de gaz : embouts incompatibles, une fois de plus.
Nous quittons donc samedi matin les Antilles pour mettre cap au nord est vers les Bahamas puis la Floride. Première étape, 400 milles vers les îles de Turks & Caicos (Big Sand Cay, précisément) que nous devrions atteindre après 4 jours et 3 nuits de mer, soit mardi 22 au soir.