Pirates des Caraïbes

Virgin Gorda, 7-8 mars 2016

Tonnerre de Brest, nous avons refait tous nos calculs, et nous ne sommes pas dans la basilique Saint Pierre, à Rome, mais bien au cœur de l’archipel des Iles Vierges, repaires de tous les flibustiers, pirates et boucaniers des Antilles. Que le grand Cric nous croque si nous n’arrivons pas à en repérer un caché derrière un récif.

Cette forte résolution en tête, nous virons l’ancre le 7 au matin, direction le Gorda Sound, cette petite mer intérieure au nord de Virgin Gorda, dont la disposition est idéale pour cacher des navires corsaires. Après deux petites heures (au moteur, vent dans le nez), nous passons le chenal et arrivons au mouillage de Leverick Bay. A première vue, les bateaux de location américains ont, comme ailleurs, remplacé les galions. Mais en étant rusés comme le renard, rapides comme le puma mon totem, et silencieux comme la sardine qui nage dans l’huile, nous découvrons bientôt des indices probants qui nous donnent un début de piste. A commencer par une grande affiche placardée au bout du ponton à annexes : « Great Pirate Show – 5 to 7 pm, Monday to Wednesday ». Nous touchons au but.

 

C’est ainsi qu’après avoir pris tous les risques en annexe par force 5 dans une mer démontée, nous passerons 2 heures à chanter, danser, agiter des maracas, souffler dans des coquillages dans une ambiance bon enfant. Malgré les cours d’anglais intensifs organisés tous les midis sur VITAVI, on a un peu de mal à comprendre les blagues et les chansons, mais on s’amuse bien quand même, en imitant les voisins. Pris dans l’ambiance, on serait bien rester diner, mais pas question de faire le long trajet en annexe de nuit dans le vent et les vagues, et puis il faut le dire aussi, les marinas pour dentistes américains en croisière, c’est sympa, mais il vaut mieux avoir un coffre rempli de Louis d’or au moment de l’addition ! 

 

Demain mercredi 9 (bon anniversaire Papy !), on remet les voiles vers les sud-ouest en direction de Peter Island.