Les Saintes – 12-13 janvier

Marie-Galante, 19 janvier 2016

Lundi 11 janvier, la cadène d’étai est enfin remplacée. Tous les travaux dans le gréement ne sont pas terminés et il faudra repasser par Pointe à Pitre, mais pour la première fois depuis noël, Vitavi est en état de reprendre la mer, et à la voile s’il vous plait.

C’est donc le cœur léger que nous envoyons les voiles mardi 12, avec ma mère et Michelle comme invitées, en direction des Saintes. Après tant de semaines au port, certains estomacs souffrent un peu du retour à une vie océane, mais en restant au grand air sur le pont, ça va.

Arrivée aux Saintes en fin d’après-midi. On attrape une des bouées installées devant Grand-Bourg et on profite du soleil couchant sur ce très bel archipel. Le paysage est enchanteur, et l’installation de bouées obligatoires, si elle grève un peu le porte-monnaie du plaisancier, a le mérite de limiter le nombre de bateaux et de garantir une nuit tranquille.

Nous débarquons mercredi matin, pour une montée jusqu’au fort Napoléon et sa vue imprenable sur la baie, avant de faire un petit tour dans le bourg, vraiment charmant. Retour à Pointe-à-Pitre le soir-même, avec une entré de nuit dans le lagon qui nous rappelle le dernier jour de la transat.

Claire et Michelle reprennent l’avion le lendemain jeudi soir. On profite de cette dernière journée en voiture pour faire un gros plein de courses, avant de les raccompagner à l’aéroport. Après la petite engueulade d’usage avec la fille de « auto-discount » (le loueur de voiture pas moins cher que la concurrence, mais qui vous facture 30€ si vous n’avez pas passé la carrosserie à la peau de chamois au retour !), nous remettons avec émotion ma mère dans son avion pour la lointaine et froide métropole. Allez courage, 6 mois, ce n’est pas long !

Vendredi devait être journée chantier pour finir les réparations du gréement mais surprise : il manque une pièce ! L’ayant appris trop tard pour filer jusqu’à Marie-Galante, nous quittons tout de même la marina et jetons l’ancre à l’ilet Gosier. Le moment est venu de tester le résultat de notre passage à Décathlon la veille : le super kayak de mer gonflable ! Ca fait 4 mois qu’à chaque mouillage, on est le seul bateau à n’avoir ni kayak, ni stand-up paddle, dorénavant, avec notre belle pirogue verte, nous pouvons parader fièrement parmi nos semblables dans tous les lagons tropicaux !

Demain samedi, direction Marie-Galante, où habite la cousine de Rosy, et où nous devons retrouver l’équipage de MAUI, que nous avions laissé aux Canaries il y a plus de 2 mois.