Carthagène

1er au 6 octobre

Ce séjour à Carthagène, qui n’était pas vraiment prévu au départ, aura finalement duré six bonnes journées. Ce n’est pas vraiment pour la beauté et l’intérêt de l’escale, mais on n’avait pas tellement le choix, avec Vitavi qui nous a fait le coup de la panne un samedi.

Que retenir de cette escale, alors ? La ville en elle-même, bien que chargée d’histoire, n’est ni très grande, ni très jolie. On a quand même pris plaisir à visiter le château médiéval et l’amphithéâtre romain, et une partie du musée maritime. On a aussi eu droit à des paquebots de croisière impressionnants, avec en particulier une modeste barcasse de 317 mètres contenant probablement 2 000 touristes amarrée à 50 mètres de nous : impression étrange d’avoir jeté l’ancre au pied de la cité des 4000 à la Courneuve.

Mais surtout, la nouveauté de l’escale était la vie à 2 familles avec nos amis de MAUI. Pour les enfants comme pour les parents, c’est vraiment un bol d’oxygène d’avoir des copains avec qui jouer. Bien sûr chacun joue aux jeux qu’il veut : légo, échecs, poupées, réparation de pompe à eau, laverie, nettoyage du pont, etc… Avec un monocoque de 13 mètres et un catamaran de 15 mètres côte à côte, il y a de la place.

A propos de catamaran de 15 mètres, l’escale nous a aussi donné l’occasion de vérifier l’implacable réalité du fameux dicton des pontons (l’équivalent nautique de « c’est pas les plus grandes oreilles qui entendent le mieux ») : « sur un bateau, chaque mètre de plus, ce sont des emmerdements supplémentaires, et chaque équipement de plus, c’est une nouvelle occasion de panne ». Rien qu’en 2 jours, Patrick, sur MAUI, a eu droit à un congélateur en panne (réparé dans la journée, la classe !) et une pompe à eau douce grillée. L’occasion de profiter de l’incroyable shipchandler situé en face du port du pêche : le magasin ne paye pas de mine au premier abord, aucun produit n’est étiquetté, les mecs ne parlent qu’Espagnol, sauf un qui baragouine un anglais approximatif, pas vraiment engageant. Et puis surprise, on peut leur demander n’importe quoi (un câble d’accélérateur, par exemple), ils l’ont en stock, et 20% moins cher que chez Accastillage Diffusion. Le vrai truc à visiter à Carthagène, finalement, c’est Efectos Navales Escombreras !

On en profite aussi pour bien regarnir les placards, le frigo, les réservoirs d’eau et de gasoil : Vitavi est chargé à bloc, prêt à basculer vers l’Atlantique.

L’Atlantique commence en effet à nous tirer par la manche avec insistance. Les colonnes d’Hercule nous attendent, et nous entamons nos dernières navigations en Méditerranée.  Passage du détroit au plus tôt ce week-end, on verra en fonction de la météo.

Poussez pas, derrière!
Poussez pas, derrière!

DSC_1107 DSC_1137

à bord de MAUI
à bord de MAUI
Papa, y a un immeuble qui a poussé dans la nuit
Papa, y a un immeuble qui a poussé dans la nuit

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA