Alicante – Visite de Daddy

Alicante, 28-29 septembre

Nous retrouvons à Alicante mon père, qui vient passer 36 heures avec nous. Pour l’occasion, la journée sera fériée pour l’école. Ça devient une habitude, il faudra reprendre un rythme plus sérieux dans les jours qui viennent.

Au premier regard, la ville, vue de la mer, ne nous avait pas plu du tout. Quand on la parcourt à pied, en levant les yeux, elle dévoile des attraits finalement assez charmants : jolis immeubles en front de mer, petites rues étroites partant, de terrasse en placette, à l’assaut des collines, avec des jolies façades colorées, bars à tapas qui débordent sur les trottoirs. Le genre de ville où l’on rêvasse un peu d’habiter, à condition d’avoir une de ces petites maisons en terrasse dans le quartier historique. Et à condition aussi de sortir du boulot à 17 heures pour pouvoir profiter des bistrots, et de manger au restaurant matin, midi et soir pour ne jamais avoir à remonter 5 sacs de course le long des escaliers, et puis d’avoir un garage pour la voiture, et puis d’être dans une rue où les bars ne sont ouverts que quand on y va, pas quand on dort… Correction : c’est le genre de ville où on aurait bien passé une année d’études en Erasmus, en colocation dans une petite maison du quartier historique. C’est mieux.

Nous montons à pied le chemin de croix vers l’ermitage de Santa Cruz, et le lendemain encore plus haut jusqu’à la citadelle Santa Barbara, et visitons enfin la réplique du 3 mats Santissima Trinidad, et en chemin l’église Santa Maria : les saints sont comme chez eux, à Alicante ! Petite déception quand même sur la visite du 3 mâts. On attendait quelque chose dans l’esprit de l’Hermione, c’est en fait une sorte de grand bar restaurant avec une déco à thème « marine à voile du 19ème » en carton-pâte.

Nous repartons d’Alicante ce mercredi. On comptait initialement naviguer jusqu’à demain soir pour atteindre Almeria, mais nous allons finalement nous arrêter dès le matin à Carthagène, où nous retrouverons l’équipage de Maui, rencontré à Canet avant le départ. Ils ont de l’école en retard, nous aussi, ça permettra aux enfants (et aux parents) de partager ce fardeau. On en profitera pour bricoler les quelques trucs en retard, et préparer la suite. Et puis, mine de rien, ça fera beaucoup de bien aux enfants de jouer avec des copains. Ils ne se plaignent de rien, mais ça fait quand même un bon moment qu’on vit en vase clos.

IMG01177-20150928-1529