Un mot sur l’AIS

Formentera, 24 septembre 2015

Un petit mot pour les plus high-tech de nos lecteurs qui utilisent l’AIS pour nous suivre à la trace.

D’abord une explication pour les autres : l’AIS est un petit boitier équipant de nombreux bateaux (dont le nôtre), qui émet en permanence la position, le cap et la vitesse du bateau, et reçoit les informations équivalentes des autres bateaux dans la zone. Un petit ordinateur intégré permet alors d’une part d’afficher les autres bateaux sur l’écran du GPS, d’autre part de déclencher une alarme quand il y a un risque de collision (pour les plus aéronautiques de nos lecteurs : c’est un peu le TCAS de la mer).

Arrive alors la grande magie d’internet : de la même façon qu’on peut suivre en temps réel la position de tous les avions du monde sur flightradar24, il existe des sites qui permettent de suivre les navires à la trace. Je n’ai pas l’adresse sous la main, mais il suffit de chercher AIS VITAVI sur google, ce que les plus rusés de nos lecteurs ont déjà fait depuis longtemps.

Arrive donc le cœur de ce message, destiné à éviter les crises cardiaques dans notre entourage. Il est important de comprendre que :

  • L’AIS n’est pas branché en permanence. Nous l’éteignons quand nous ne naviguons pas, et il peut nous arriver d’oublier de l’allumer
  • Ce système a une portée très limitée, de l’ordre de 40 kilomètres. Donc quand on est au large, sans gros navire commercial à proximité (car je crois qu’ils relaient les signaux vers des stations centrales), nous sommes invisibles sur internet.

Conclusion : suivez-notre position AIS par internet si cela vous amuse, mais surtout ne commencez pas à vous faire des cheveux blancs si nous sommes invisibles pendant quelques jours, c’est parfaitement normal.

Pendant la transat, par contre, nous embarquerons un système spécifique, qui communiquera chaque jour notre position par satellite.